Catégories
Communication Toastmasters

Comment s’entraîner au débat avec la méthode Toastmasters?

La méthode Toastmasters s’adapte parfaitement à la pratique du débat

Nous avons eu l’occasion d’évoquer précédemment la participation de notre collègue et ami Alain au Grand Oral de France Télévisions. Après avoir franchi brillamment le premier tour de cette finale, il s’est opposé à Bill, le futur vainqueur du concours au cours d’un débat. Nous nous sommes alors demandé à cette occasion comment Toastmasters pourrait entraîner les membres de l’association. Pour devenir, comme Alain, de futurs candidats du Grand Oral, prêts à cet art du débat.

LE DÉBAT ENTRAINE PLUSIEURS COMPÉTENCES DE COMMUNICATION

Savoir débattre est une expertise qui revêt plusieurs compétences. Outre la prise de parole face à un public, l’orateur doit persuader. Pour cela, il effectue des recherches sur une problématique donnée et agence ses arguments pour défendre une thèse. Comme il peut défendre une motion sans la partager, il se met à la place d’un opposant. Dans cet article, nous allons expliquer comment introduire la pratique du débat dans une réunion Toastmasters. Nous allons montrer que le débat, comme combinaison de discours préparés et impromptus, a parfaitement sa place dans une réunion Toastmasters.

Il se trouve que les Zuriberg Toastmasters, un club suisse, ont élaboré un guide sur la manière d’organiser un débat au cours d’une réunion. Le format adopté est celui des débats du parlement britannique, pratiqués par les étudiants de nombreuses universités dans le monde. C’est aussi le modèle du championnat du monde de débat.

LE DÉBAT DANS UNE RÉUNION TOASTMASTERS

Dans une réunion Toastmasters, le débat a lieu entre deux équipes de deux personnes chacune. L’une (équipe POUR) soutient la motion choisie tandis que l’autre (équipe CONTRE) s’y oppose. Un président anime le débat et en fait respecter les règles. Un chronométreur fait respecter le temps imparti aux orateurs. Enfin, un participant évalue la qualité du débat, en particulier les arguments présentés, la capacité à improviser et le langage non verbal des débatteurs.

UN DÉBAT EN 30 MINUTES CHRONO!

Le débat se déroule selon la séquence suivante qui dure 30 minutes :

  • Le président ouvre le débat en rappelant les règles et en présentant les orateurs et la motion à débattre (durée 3 min)
  • Le premier orateur de l’équipe POUR prononce un discours, préparé à l’avance, pour défendre cette motion (5 min)
  • Le premier orateur de l’équipe CONTRE prononce un discours, préparé à l’avance également, mais qu’il aura enrichi des notes prises pendant l’intervention précédente, pour s’opposer à la motion (5 min)
  • Le second orateur de l’équipe POUR réfute le discours précédent en se servant de notes préparées à l’avance, mais dont l’essentiel est écrit pendant le discours de l’opposant (2 min 30 sec)
  • Le second orateur de l’équipe CONTRE réfute les arguments de l’équipe POUR (2 min 30 sec)
  • Le public pose des questions aux débatteurs sous le contrôle du président de débat (3 min)
  • Le premier orateur de l’équipe POUR résume la position en faveur de la motion (1 min)
  • Le second orateur de l’équipe CONTRE résume la position opposée à la motion (1 min)
  • Le président clôt les débats et procède au vote du public pour désigner l’équipe la plus convaincante (2 min)
  • Les évaluateurs rendent compte de leurs observations (3 min 30 sec)

Sur le plan du parcours Toastmasters, les deux premiers orateurs de chaque équipe pourront valider leurs discours. La condition est de bénéficier d’une évaluation d’un autre Toastmaster qui remplira la feuille d’évaluation du discours. Si le programme le permet, ces évaluateurs peuvent également présenter leur rapport oralement, comme une évaluation normale.

UNE VARIÉTÉ INFINIE DE DÉBATS

A partir de cette matrice standard, il est possible d’expérimenter une infinité de variations. Par exemple, au lieu de préparer à l’avance les deux premiers discours, les deux équipes prennent connaissance, au début de la réunion, de la motion à débattre et quel côté, pour ou contre, ils vont défendre. Ils disposent alors de dix minutes pour préparer leurs interventions. Ou alors, à la place d’équipes de deux personnes, un seul orateur défend ou s’oppose à la motion.

On peut aussi injecter de l’interaction avec la partie adverse pendant chaque discours en introduisant des “points d’information”. Ceux-ci sont des occasions pour l’autre équipe d’affaiblir le discours de l’orateur en soulignant ses fautes de logique, ses contradictions ou son manque de preuves. Pour cela, l’équipe adverse demande un point d’information pendant le discours de l’orateur qui, s’il peut en théorie le refuser, en accepte, en général, un ou deux pendant son discours.

POUR ALLER PLUS LOIN

En résumé, le débat a toute sa place dans la méthode Toastmasters et constitue une excellente pratique des compétences cultivées par la formation, comme la persuasion, l’inspiration, l’écoute et le respect de l’autre. Nous ne manquerons pas d’organiser quelques réunions autour du débat dans l’année. Une occasion supplémentaire de nous rendre visite  !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.