Catégories
Communication Toastmasters

Comment bien organiser son discours ? (1ère partie)

La structure est l’élément essentiel d’un bon discours, qui en renforce l’efficacité. Voici les grands principes d’une bonne organisation de sa communication

Dans cet article et le suivant, nous allons apprendre comment bien structurer un discours pour le rendre mémorable. Nous détaillerons ici les principes d’une bonne structure et, dans le prochain article, la démarche concrète pour l’écriture de discours selon ces principes.

POURQUOI STRUCTURER ?

Pourquoi est-ce si important de bien structurer son discours ? Mettons-nous à la place de l’auditoire. L’auditeur doit comprendre ce que vous lui dites et il n’a, en général, que 5 minutes pour cela. L’organisation du discours va l’aider à s’orienter. Tout d’abord en captant son attention, dès le départ, dans l’introduction, et en la retenant tout au long du discours, au cours du développement de celui-ci.

Une bonne structure doit également permettre de hiérarchiser l’information et de faire le tri entre ce qui est important et ce qui est accessoire. Elle facilite aussi la mémorisation, à la fois pour le public qui retiendra plus facilement un discours bien construit, mais aussi pour l’orateur qui, s’il suit la structure, saura garder facilement le fil de sa parole. Enfin, la structure permet de renforcer le caractère persuasif du discours, en particulier si celui-ci est destiné à convaincre le public, par exemple avec des arguments logiques.

Quels sont les principes d’une bonne organisation d’un discours ? Toastmasters enseigne qu’ils sont au nombre de 4.

COMMUNIQUER, COMMUNIQUER, COMMUNIQUER

La communication, finalement, c’est très simple : vous annoncez ce que vous allez dire. Ensuite, vous le dites. Et enfin, vous dites que vous l’avez dit. Vous avez là les trois parties du discours, quelle que soit sa durée, qu’il s’agisse d’un improvisation de 1 minute, ou une intervention devant le Parlement d’une heure et demie : une introduction, un développement ou corps du discours et une conclusion.

LA BANDE-ANNONCE DE VOTRE DISCOURS

L’introduction est la bande-annonce de votre discours. Comme le “teaser” au cinéma, elle doit donner envie d’en savoir plus sans tout dévoiler. Tout d’abord, vous dites à votre public de quoi vous allez parler, de telle sorte que celui-ci, qui, a priori, ne vous connaît pas, puisse concentrer son attention sur votre sujet. Vous n’allez pas tout révéler, mais vous allez utiliser l’introduction comme une accroche vers le reste de votre discours.

L’introduction doit aussi montrer votre autorité à parler de ce sujet. Pourquoi êtes-vous crédible pour parler de ce sujet ? Pourquoi ce sujet vous intéresse-t-il ? Ce domaine est-il un hobby ? Comment avez-vous développé cette connaissance que vous allez communiquer à votre public ?

Pour finir, il est important de rester concis dans les introductions. J’ai, pour ma part, comme règle pratique de ne pas dépasser 10% de la durée totale du discours, c’est-à-dire pour un discours de 5′, pas plus de 30″ d’introduction.

UNE BONNE COLONNE VERTÉBRALE

Le corps du discours est comme un être humain. Il est doté d’une colonne vertébrale, la proposition du discours, le “point” comme disent les anglophones. Une proposition n’est pas le thème du discours, ni son sujet, encore moins son titre. C’est une phrase qui résume le discours et que l’orateur défend ou prouve.

Ce billet décrit en détail la méthode pour concevoir la proposition d’un discours. Sur cette colonne vertébrale de la proposition viennent ensuite s’articuler les os : ce sont les affirmations destinées à soutenir la proposition. Enfin, viennent les muscles : ce sont tous les arguments destinés à renforcer les affirmations: statistiques, exemples, citations, études, anecdotes…

GRAVER LE DISCOURS DANS LES MÉMOIRES

Gravez votre conclusion dans la mémoire du public, pour qu’ils se souviennent de vous. Pour cela, vous résumez ce que vous venez de leur dire. Vous lancez un appel à l’action, si le discours s’y prête, s’il est destiné à convaincre. Et vous terminez par une chute qui peut être un trait d’humour ou encore une citation.

POUR ALLER PLUS LOIN

Après avoir abordé les principes d’une bonne structuration, nous allons parcourir dans un prochain article les 4 étapes pour bien structurer son discours. Et en attendant, nous vous proposons de voir ces principes en action en nous rendant visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.